Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LUNETTES and GLASSES

LUNETTES and GLASSES

Toutes les lunettes du monde/Worldwide optical trends


Corporatisme

Publié par DC sur 22 Juin 2015, 07:40am

Catégories : #Distribution

Corporatisme

En France, les corporations professionnels, héritage du droit romain, remontent aux calendes grecques. Au fil des siècles, les rois divers ont réglementé des métiers à la fois pour les contrôler, les protéger et leur garantir leurs statuts et leurs rentes au mépris de la liberté d’entreprendre pour ceux et celles qui n’appartenaient à telle ou telle caste corporatiste.

Au 21ème siècle, ce corporatisme, souvent contestable est même devenu péjoratif tant il n’a pas changé, au contraire, il s’est amplifié sous la pression de lobbies et de politiciens dont la mauvaise foi est à la hauteur de leur ambition démagogique. Ces derniers jours, la poussive et fourre-tout loi Macron tente de déverrouiller une France enfermée dans son zoo de conservateurs, en vain. Chaque corporation — notaires, taxis, épiciers, dentistes, pharmaciens, opticiens, médecins, buralistes, etc. — défend son pré carré au nom d’une idéologie de corps. Ainsi dernièrement, les ophtalmologistes ont combattu la dite loi qui contenait un article prévoyant de supprimer l’obligation d’ordonnance pour la délivrance d’un équipement correcteur ; ces ophtalmos, dont le nombre décroît année après année, entendent continuer à subordonner les opticiens à leur corporation au nom de la santé publique. Tant pis pour les patients qui souvent attendent des semaines ou des mois dans certaines régions pour avoir un rendez-vous.

Les opticiens, largement attaqués ces dernières semaines, entendent eux aussi défendre leurs prébendes en obligeant le législateur à imposer la présence d’un opticien lorsqu’une pharmacie vend des dispositifs d’optique. Il est vrai que les officines sont déjà de grands bazars où les ventes « over-the-counter » (OTC) assurent une part non négligeable de leur CA et bénéfices. D’ailleurs, on se demande pourquoi les parfumeries ne se sont jamais liguées contre les pharmaciens qui vendent des crèmes anti-rides, des fards à paupières et des fragrances… Ces apothicaires ont-ils un diplôme d’esthéticienne ? Point. J’invite les parfumeries à descendre dans la rue et à brailler... Mais après tout, si les pharmaciens vendent des lunettes, les opticiens ne pourraient-ils pas proposer de l’aspirine ou des sirops contre la toux ? Le distributeur E.Leclerc se bat depuis des années contre le lobby des pharmaciens pour vendre en libre-service tous les produits sans prescription : impossible, sinon à engager des docteurs en pharmacie dans chacun de ses hypermarchés pour diffuser des pastilles digestives et des onguents contre les rougeurs cutanées…

Face à ces corporatismes discutables et à ces réglementations d’un autre âge, le consommateur, le client, le patient passent au second plan. Ne serait-il pas pertinent de repenser le parcours de santé au service du patient pour lui faciliter la vie et fluidifier l’accès aux soins, plutôt que de préserver des rentiers de corps dont l’intérêt particulier prime sur le bien-être collectif ?

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents